Biométrie : banalité du mal

Publié le par Coordination contre la biométrie

La biométrie attise l'intérêt des constructeurs mobiles

Sécuriser l'utilisation de nos appareils connectés par la reconnaissance de la voix ou du visage : tel est l'objectif du programme européen MOBIO. Pour arriver à terme à une personnalisation totale de nos terminaux.

Publié le 07 Juillet 2008
Image biométrie

Les moyens d'identification conventionnels, comme les mots de passe, les codes PIN ou les codes secrets peuvent facilement être volés ou perdus. D'où l'intérêt de développer des solutions plus personnelles et efficaces. Et l'une des solutions pourrait être la biométrie. Pour preuve, le projet européen MOBIO (Mobile Biometry), mené en collaboration avec cinq universités européennes, deux entreprises et un institut de recherche. Son objectif : aborder les prochaines évolutions de la sécurisation par biométrie des appareils connectés, comme les ordinateurs, mobiles, et PDA. Le programme cherche ainsi à développer de nouveaux services d'authentification sur mobile, basés sur la reconnaissance vocale mais aussi faciale.

Utiliser les caméras et microphones déjà embarqués

Le but étant de réussir à concilier ces deux modes en une même solution, afin de cumuler les bénéfices de chacun. "Nous partons du principe quede plus en plus de téléphones portables sont équipés d'une caméra et d'un microphone - contrairement à des scanners d'iris ou des lecteurs d'empreintes digitales par exemple ", explique Matti Pietikäinen, professeur membre du projet. "C'est pourquoi nous privilégions ces deux méthodes d'identification". Les chercheurs du MOBIO comptent se focaliser en particulier sur la segmentation de la voix dans des environnements bruyants, afin de garantir une identification dans les contextes les plus complexes. Autre priorité : la reconnaissance visuelle basée sur la vidéo.

Reconnaître son utilisateur

"Nous privilégions cet axe, afin d'éviter les piratages utilisant des photos pour tromper le système", explique le professeur. Il rappelle "qu'aujourd'hui il est possible d'avoir accès n'importe quand et n'importe où à vos e-mails, mais aussi à des services d'achat en ligne, ou de e-banking. Il devient donc nécessaire de personnaliser la sécurisation de nos appareils mobiles au maximum". Selon lui, ces interfaces doivent évoluer vers une reconnaissance de leur environnement et de leurs utilisateurs. Reste que si les chercheurs se retrouvent à Oulu (Finlande) les 8 et 9 juillet, ce sera surtout afin d'évoquer des pistes de recherche et de développement. Mais pas d'applications en vue pour l'instant.



Plusieurs innovations à venir

De quelle façon allons-nous magasiner en 2015?

Mise en ligne 08/07/2008 04h00

Plusieurs innovations à venir - De quelle façon allons-nous magasiner en 2015?

Conclusion: personne ne serait étonné de voir plusieurs nouvelles technologies envahir notre quotidien et changer nos façons de faire des achats. Photo © Corbis

fctAdTag("bigbox",MyGenericTagVar,1); Marie-Eve Fournier

Le Journal de Montréal

De quelle façon allons-nous magasiner en 2015?

La question a été posée à plus de 4600 personnes dans 8 pays (Canada, Chine, France, Allemagne, Japon, Espagne, Royaume-Uni et États-Unis) par TNS Retail Forward, une importante entreprise de consultation dans le commerce de détail.

Conclusion: personne ne serait étonné de voir plusieurs nouvelles technologies envahir notre quotidien et changer nos façons de faire des achats.

«Il n'y a aucun doute que nous sommes à un point tournant dans le commerce de détail», a déclaré Mary Brett Whitfield, première viceprésidente chez TNS.

Près de 75 % des répondants du sondage croient qu'ils auront accès à des salles d'essayage «intelligentes» dans moins de 7 ans. Le système, qui a été présenté en janvier dernier à New York, permet aux clients de réclamer une autre taille de pantalon sans sortir de la cabine, au moyen d'un écran tactile.

L'innovation favorite des répondants

À l'échelle mondiale, 60% des consommateurs s'attendent à ce que les paiements biométriques (au moyen de l'empreinte digitale) soient largement répandus.

D'autres innovations, parmi les 12 présentées aux répondants du sondage, ont obtenu de meilleurs résultats (voir encadré à gauche).

Par contre, la biométrie a été jugée comme étant la technologie «la plus intéressante» de toutes. Quelque 40% des gens ont donné une excellente cote à cette innovation (8/10 ou plus). De leur côté, les Canadiens ont préféré les cabines d'essayage interactives, reléguant la biométrie au deuxième rang.

Le magasinage avec le téléphone cellulaire, les vendeurs sous forme d'hologrammes et les sites de réseautage dédiés aux achats ont reçu, globalement, les pires notes.

Encore des réticences

Même si les consommateurs prévoient l'arrivée massive de technologies dans les magasins, il ne faut pas croire qu'ils sont prêts à les utiliser.

Alors que l'idée des paiements biométriques en séduit plusieurs, seulement 26 % des sondés ont affirmé qu'ils utiliseraient cette technologie. Parler à un vendeur sous forme d'hologramme? À peine 10 % des gens ont envie d'essayer.

En général, ce sont les Chinois et les Espagnols qui sont le plus enclins à mettre à l'essai ces nouvelles technologies censées faciliter les achats.

Plus de 50 % des Chinois affirment qu'ils utiliseraient un chariot intelligent, alors que la moyenne mondiale est de 23 %. Les Espagnols sont particulièrement séduits (43 %) par les cabines d'essayage intelligentes. Pour lire le rapport au complet: www.retailforward.com

Innovations qui faciliteront le magasinage en 2015

La perception des consommateurs à travers le monde

79 % - Sites de réseautage dédiés au magasinage

79 % - Participation des consommateurs à la création de produits

77 % - Regroupements sur le Web de consommateurs pour effectuer des achats en commun

76 % - Recevoir de l'information sur les produits dans son téléphone cellulaire

73 % - Salles d'essayage interactives munies d'un écran tactile permettant d'entrer en communication avec un vendeur

69 % - Faire des achats avec un téléphone cellulaire

67 % - Chariots intelligents munis d'une caméra et d'un scanneur

60 % - Utilisation des empreintes digitales pour payer (biométrie)

57 % - Scanneurs 3D de silhouettes capables d'identifier les vêtements le plus adaptés aux mensurations du client

54 % - Réfrigérateurs qui créent des listes d'épicerie en fonction de la consommation réelle de nourriture dans le foyer

49 % - Miroirs dans les salles d'essayage qui projettent des images de vêtements pour faciliter les essayages

42 % - Vendeurs sous forme d'hologramme qui répondent aux questions des consommateurs

Source: Sondage réalisé par la firme TNS Retail & Shopper Insight sur Internet auprès de 4 600 personnes dans 8 pays (Canada, Chine, France, Allemagne, Japon, Espagne, Royaume-Uni et États-Unis.

 


Commenter cet article