La biométrie abandonnée

Publié le par Coordination contre la biométrie

Biométrie. Le vice-président a annoncé, à regrets, que le Conseil général ne financerait plus le système de reconnaissance du contour de la main
Le Département lache l’affaire
Article de l’Hérault du Jour du 4 septembre 2008 *
Mise en ligne : vendredi 5 septembre 2008
par Fabienne Grisvard


*Article mis en ligne avec l’aimable autorisation de "l’Hérault du Jour".

C’est mardi soir, lors du Comité départemental de l’éducation nationale (CDEN) qui se tenait au rectorat de Montpellier, que Pierre Morel, a annoncé la décision du Conseil Général. La collectivité en charge des collèges ne financera plus l’installation du système biométrique, comme il est désormais opérationnel à Clermont l’Hérault, mais aussi à Paulhan, Saint-André-de-Sangonis et Gignac. Là ou les CA ont également opté pour cette technologie de surveillance par prise d’empreintes de la main, destinée à remplacer pour l’heure la traditionnelle carte de cantine.

Contacté hier, le vice-président délégué à l’Éducation a précisé la position du Conseil général : "Ce système ne nous pose aucun problème mais, dans la mesure où certains considèrent que cela représente une atteinte à la vie privée, on laisse tomber. Ceci dit, reprend-il, nous ne sommes pas contents." Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, le Département n’a donc pas pris cette décision par principe de précaution. Il indique clairement reculer face "à un combat d’arrière-garde". "J’aimerais que l’avenir lui donne raison" a réagi hier Catherine Belhomme, la secrétaire* départementale de la FCPE, se réjouissant de la nouvelle, "même si on aurait préféré être sur la même longueur d’ondes que le Conseil général, qu’on n’oubliera pas de remercier", glisse-t-elle.

Pour lire l’intégralité de l’article, veuillez consulter la pièce jointe.

* Catherine Belhomme est la Présidente de la FCPE 34.

Commenter cet article