Coupable de non-présentation d'ADN

Publié le par Coordination contre la biométrie

 

Condamné hier par le tribunal correctionnel de Tou­louse à soixante-dix heures de travaux d'intérêt général pour avoir refusé un prélèvement ADN en avril 2008, Thomas a reçu le soutien du Collectif contre la biométrie. Une cinquantaine d'adhérents de l'association accompagnaient le jeune homme de 25 ans lors de son procès. « C'est la porte ouverte à toutes les discriminations, selon l'usage que l'on fait des données ADN », explique un membre du collectif.

La convocation pour ces tests était arrivée un an après la condamnation du jeune homme à deux mois de prison avec sursis pour « coups et blessures volontaires sur des dépositaires de l'autorité publique » pendant une manifestation à Lyon. Lors du procès, Julien Brel, l'avocat de Thomas, a évoqué « les principes idéologiques, éthiques et philosophiques » qui peuvent pousser à refuser le fichage. « On ne connaît pas l'évolution possible de l'utilisation de ces fichiers, a-t-il plaidé. A sa création, le fichier concernait seulement les criminels sexuels. Aujour­d'hui, il a été étendu à toutes les infractions, hormis les financières », a ajouté l'avocat. A la barre, Thomas a expliqué craindre « un détournement du fichier à des fins commerciales ». « Pas de risque, a coupé le juge, le fichier est entièrement sécurisé, seule la police y a accès. » Thomas pourrait de nouveau être convoqué pour un prélèvement dans les prochains jours. Pour l'heure, il n'a pas encore décidé s'il fera appel.


Amandine Rancoule - ©2008 20 minutes


20 Minutes, éditions du 10/09/2008 - 08h02

Commenter cet article