Fichier Edvige : pourquoi les Varois s'en méfient

Publié le par Coordination contre la biométrie


Paru le jeudi 11 septembre 2008

«Savez-vous combien il existe de fichiers policiers ? Au moins trente-six. En silence, on nous habitue à être surveillés. » François Nadiras, figure de la Ligue des droits de l'homme (LDH) de Toulon, passe beaucoup de temps dans les fiches. Fichiers policiers, base-élèves, vidéosurveillance, biométrie... Il épluche chaque nouveau décret, recense mille exemples qu'il présente sur le site de la LDH Toulon (1), véritable bible documentaire sur les penchants orweliens de nos sociétés.


Lundi dernier, en pleine polémique sur le fichier policier Edvige (2), le site de la LDH a d'ailleurs reçu plus de 3 000 visites. Mais pourquoi donc Edvige sème-t-elle la terreur dans le monde syndical, politique, économique, alors que des dizaines de fichiers scrutent déjà, et dans l'indifférence générale, tant de citoyens ?

C'est que ce dossier destiné à remplacer l'ancien fichier des RG, étend le spectre du renseignement aux mineurs dès 13 ans et prévoit de compulser des données sensibles sur des personnalités publiques, sans limitation de temps. Dans le Var, des centaines de personnes seraient concernées, recensées selon leurs origines raciales, leurs opinions politiques, leurs orientations sexuelles voire même leur état de santé.

« Pas de fiche Falco »

Devant ce tollé, le président de la République a d'ailleurs demandé au ministre de l'Intérieur de réviser ses fiches, d'engager une concertation « suivie de décisions pour protéger les libertés ».

« Jusqu'à présent, on n'avait pas de fiches sur les leaders syndicaux », assure un fonctionnaire du renseignement. De même, depuis 1994, on ne renseignait plus le fichier politique. Après cette date, on n'a jamais rien écrit sur Falco, pas plus que sur les leaders de la LCR. En fait, beaucoup de gens étaient même surpris de ne pas avoir de dossier RG. » Au total, l'actuel fichier varois recenserait plus d'un millier de personnes. Demain, Edvige en identifierait beaucoup plus.

Depuis longtemps déjà, dans le Var, l'exploitation de ces fichiers fait polémique. En même temps qu'Edvige, la LDH s'est ainsi attaquée à sa petite soeur, Christina, et, plus généralement, « à l'extension du fichage des citoyens ». Par exemple, l'association avait vivement critiqué le recours à un système biométrique pour gérer l'accès des élèves au collège Joliot-Curie de Carqueiranne. Depuis, ce procédé a été abandonné.

Les prélèvements qui dérangent

De nombreuses voix s'étaient encore élevées contre la généralisation des prélèvements ADN, prescrits dans la plupart des infractions pénales, jusqu'aux plus banales « incivilités ».

Dans le Var, le parquet de Toulon tend d'ailleurs vers un recueil systématique de l'ADN, ce qui le conduit à ordonner quelque 3 000 prélèvements par an. « C'est aussi grave qu'Edvige, car cette empreinte reste dans les fichiers internationaux, estime Me Christine Ravaz, et cela concernera à peu près tout... sauf les infractions financières. »

En juin dernier, à Toulon, un vif mouvement d'humeur s'était également levé contre la base-élèves. Ce dossier, mis en place par l'Éducation nationale, regroupe des données personnelles sur les élèves. À l'origine, il recensait nombre d'informations sensibles : origines, langue parlée à la maison, difficultés scolaires, absences, situation des parents.

« Nos enfants ne sont pas vos indics », s'étaient emportés des parents d'élèves de l'école Jules-Muraire, lors d'une manifestation à Toulon. Depuis, le fichier a été modifié. « C'est extrêmement inquiétant, prévient François Nadiras : aujourd'hui, tout le monde apparaît sur un fichier. » L'an dernier, 56 000 fichiers ont été déclarés à la Cnil (3), ce qui porte à 1,2 million leur nombre depuis la création de la commission.

1. www.ldh-toulon.net

2. Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale.

3. La Commission nationale informatique et libertés est l'autorité administrative indépendante chargée de veiller à la protection des données personnelles.

source : http://www.varmatin.com/ra/var/146260/fichier-edvige-pourquoi-les-varois-s-en-mefient

Commenter cet article