Salariés, comment vous surveille-t-on ?

Publié le par Coordination contre la biométrie


Jean-Bernard Litzler
22/09/2008 | Mise à jour : 11:20 |
Commentaires 7
.
(Rea)
(Rea)

Internet, GPS, détectives... Les salariés ont l'impression d'être observés en permanence. Pourtant, la Cnil et la justice œuvrent pour protéger la vie privée.

Épié jour et nuit pendant plus de 1 500 heures (soit deux mois), c'est le calvaire vécu par un salarié lyonnais que son ex-employeur a fait surveiller par des détectives privés pour prouver une concurrence déloyale. Faute de preuve tangible, l'em­ployeur indélicat et la société qui a organisé la surveillance ont écopé devant le tribunal de 30 000 € de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée.

Révélée par Le Figaro, au début du mois, cette affaire intervient après un scandale qui avait éclaboussé Lidl en Allemagne. La chaîne de hard discount avait été accusée de faire surveiller à grande échelle ses troupes à l'aide de détectives ou de caméras cachées, dans le but de constituer un fichier d'informations très privées.

La pilule est d'autant plus dure à avaler que les nouvelles technologies multiplient à l'envi les possibilités de suivre à la trace les moindres faits et gestes de tout le personnel d'une entreprise. Les techniques informatiques sont désormais bien rodées, l'usage de la géolocalisation se banalise pour les véhicules de service, alors que la vidéosurveillance est devenue bon marché.

 

Vie privée résiduelle

Quant à la biométrie, elle fait une entrée remarquée comme outil visant à remplacer le badge. Détecteur d'empreinte digitale ou d'iris, ce sont pas moins de 500 sociétés qui ont demandé cette année l'autorisation à la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) d'implanter ce genre de système. Elles étaient dix fois moins pour toute l'année 2005. « Il n'y a pas de craintes particulières à avoir sur cette technosurveillance, relativise Éric Barbry, avocat spécialisé en droit du numérique. On commence à y voir plus clair sur ce que l'on peut faire ou non, à mieux distinguer vie professionnelle et vie privée résiduelle sur son lieu de travail. » Selon lui, les nouvelles technologies génèrent dans un premier temps une crispation juridique avant de trouver leur place. L'usage d'Internet et du courriel est, par exemple, bien balisé (lire p. 6).

Aujourd'hui les grandes lignes sont claires : pour être légale, une surveillance doit donner lieu à une discussion collective, à une information préalable et aussi prendre une forme proportionnelle au but recherché. La Cnil a beaucoup œuvré pour clarifier ces principes et s'appuie sur un réseau de plusieurs centaines de correspondants informatique et libertés pour diffuser la bonne parole au sein des entreprises.

 

Panoplie high-tech

« En France, le mot “contrôle” a une connotation négative, alors que chez les Anglo-Saxons c'est le rôle du manager de mettre la situation “under control” », rappelle Jean-Louis Muller, spécialiste du management et directeur à la Cegos. À une époque où les actionnaires suivent la rentabilité des entreprises trimestre après trimestre, il ne lui paraît pas anormal de surveiller de plus près l'occupation de chacun et sa productivité.

Attention toutefois de ne pas se laisser séduire par les charmes du contrôle absolu. « C'est contre-productif, estime Jean-Louis Muller, car le contrôle lui-même coûte plus cher que ce que l'on surveille. » Sa recette ? Tout simplement faire le pari que l'équipe est motivée et honnête. Si des doutes ciblés ou un « fantasme paranoïaque » persistent sur un salarié trop absent ou trop peu efficace, il est toujours temps de passer à l'action. « Le manager doit parler plutôt que se retrancher derrière ses suppositions, recommande Jean-Louis Muller. Soit il explique entre quatre yeux à la personne concernée : “J'ai l'impression que tu n'es pas pleinement à ton travail”, soit, statistiques à l'appui, il lui demande calmement de s'expliquer sur son absen­téisme ou sur ses notes de frais. » Derrière sa panoplie high-tech, le manager efficace sera toujours celui qui sait faire preuve de bon sens.

Commenter cet article