Biométrie illégale à Grasse

Publié le par Coordination contre la biométrie

Grasse : mauvaise utilisation de la biométrie dans les écoles

 Après la maladresse, la municipalié est en train de se mettre en conformité avec la Commission nationale informatique et liberté. : Photo Loïc Temporelli Après la maladresse, la municipalié est en train de se mettre en conformité avec la Commission nationale informatique et liberté. : Photo Loïc Temporelli

Depuis plusieurs semaines, un système biométrique à empreintes est installé sur les portes de deux écoles grassoises : la maternelle Henri-Wallon, et l'école primaire Saint-Antoine.

Mis en place par le service en charge des bâtiments communaux, le système doit gérer les ouvertures et fermetures de portes, pour le personnel et les enseignants. À Henri-Wallon, tout l'encadrement de l'école a accepté l'expérimentation. Mais à Saint-Antoine, il n'était pas question de donner la moindre empreinte !

Peu importe, le système avait quand même été mis en place.

Dans notre article paru le jeudi 27 novembre, nous soulevions l'illégalité de l'installation. La Commission nationale informatique et liberté (Cnil), très vigilante sur ces dossiers, n'avait délivré aucune autorisation pour l'installation.

Le système a en réalité mal été utilisé.

Après cette « maladresse », la municipalité est en train de régulariser le problème.

Patrick Fornas, P.-d.g. du groupe Easydentic, à laquelle appartient la société Oytech qui commercialise le produit, souhaitait apporter quelques précisions.

Fab. P
Nice-Matin

Commenter cet article