Résistance à la biométrie

Publié le par inyyy

Résistance à la biométrie


« Bêêêê ! ! ! » La Brigade Activiste des Clowns (BAC) a encore frappée. C’est sur le mode de la dérision, avec une mise en scène type spectacle de rue, que les membres de la BAC, cette fois-ci déguisés en moutons, interviennent pour dénoncer. Dénoncer quoi ? Aujourd’hui, mercredi 24 mai 2006, il s’agissait de s’opposer à l’installation d’une borne biométrique au sein de la cantine scolaire de l’établissement publique Maurice Ravel (Paris). Installation qui commencera par la biométrisation des collégiens.

Tant qu’à faire autant les prendre jeunes : ils sont moins réfractaires et c’est autant de lobotomisation gagnée pour le futur. Les lycéens, déjà impliqués dans les derniers mouvements sociaux, eux, ne se sont pas laissés prendre au jeu : l’appel à rassemblement devant l’établissement, a permis de regrouper une trentaine de soutiens. Dont la BAC. Furie d’un agent de sécurité contre le bombage de slogans sur la devanture de l’établissement : « Vous êtes âgé. Vous devriez être raisonnable. » Mais pourquoi donc prendre un tel travail au sérieux ? Lui aussi est âgé. Pourtant, il ne semble pas avoir appris grand chose des dessous de la raison sécuritaire. « Vous cherchez quoi ? » demande une personne de l’administration. « Libérez nos moutons ! » lui répondons nous. Parce que la BAC avait collé à l’entrée de l’établissement un portail en forme de mouton et, qu’à l’occasion de l’ouverture de la porte de cette nouvelle bergerie, les clowns s’étaient engouffrés.

L’apparition de la biométrie (reconnaissance du contour de la main pour accéder à la cantine scolaire, dans ce cas) n’est pas nouvelle. Hier, un concert de soutien avait lieu en solidarité avec trois personnes condamnées (3 mois avec sursis, 10 500 euros d’amende) pour avoir détruit deux bornes biométriques au sein de l’établissement scolaire de la vallée de Chevreuse, le 17 novembre dernier (1). Au lycée professionnel privé de la coiffure (15/17 rue des fillettes 75018) une borne est aussi installée depuis cette année. Alors qu’à Ravel une première tentative avait été mise en échec pour cause d’absence d’autorisation de la CNIL (pourtant quelques collégiens s’étaient déjà vu « empreinter » leurs contours de main, sans réaction des parents jusqu’à présent), maintenant tous les établissements scolaires le peuvent (autorisation unique de la CNIL : Délibération n°2006-103 du 27 avril 2006) (2).

Celle-ci stipule tout de même dans son article 6 : « Les élèves majeurs et les représentants légaux des élèves mineurs doivent être individuellement informés du droit de s’opposer, par un moyen simple, à l’informatisation des données biométriques les concernant ou concernant leurs enfants. En cas d’opposition à l’utilisation du dispositif biométrique, les élèves ont la possibilité de se voir délivrer un badge ou tout autre moyen d’accès à la cantine. » Que ne faisons nous usage de ce droit à outrance, histoire que les chefs se rongent les doigts de leur investissement financier (3 500 euros) qui aurait alors été fait en pure perte. Dans la suite des luttes contre les nanotechnologies à Grenoble (3), les résistances contre la biométrie se doivent donc d’être développées.

Sinon la BAC est condamnées à ne cesser de répéter ses prières à Gixel (lobby des industries électroniques et numériques). Au moins ça fait rire. Mais finalement pourquoi donc s’opposer à la biométrie ? « Vous en savez déjà suffisamment. Moi aussi. Ce ne sont pas les informations qui nous font défaut. Ce qui nous manque, c’est le courage de comprendre ce que nous savons et d’en tirer les conséquences. » (Sven Lindqvist, « Exterminez toutes ces brutes », Le serpent à plume, 1998), cite le groupe de recherche indépendant « Service Civil Lyonnais », dans sa brochure « Lyon, Grenoble, les armes biologiques ».

(1) : Pour soutenir financièrement, adresser des chèques à l’ordre de la Compagnie du Cheval Noir, 45 rue Eugène Lumeau 93400 St Ouen. (2):http://www.cnil.fr/index.php?id=2012&delib[uid]=103&cHash=0e22d6abaa (3) :http://ogn.ouvaton.org

Pour en savoir plus il existe aussi le site : http://1984.over-blog.com/

Source :
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=61540

Publié dans tracts

Commenter cet article