J.O. et biométrie

Publié le par vasco

La reconnaissance faciale au cœur des Jeux olympiques


Un système d'identification anthropométrique pourrrait être utilisé en 2012 pour les JO, à Londres. Son principe : une seule et même photo en 3 dimensions. On appelle ça la stéréo photométrie.

C'est parce que la sécurité constitue l'un des enjeux majeurs de la réussite d'un événement comme les Jeux olympiques que l'Angleterre, désignée pour l'édition de 2012, travaille déjà à l'élaboration de nouvelles technologies. Les recherches menées actuellement par l'Imperial College de Londres portent sur l'analyse précise du visage d'un individu. Ces travaux réalisés en collaboration avec General Dynamics et le cabinet conseil en biométrie Identity Solutions ont permis de progresser sur un nouveau système d'identification par l'image.

Aujourd'hui, pour reconstituer le visage d'une personne en trois dimensions, on utilise plusieurs caméras. Ces caméras sont généralement disposées à différents endroits, en face, sur les côtés, en bas et au dessus de l'individu à identifier. Un dispositif complexe, en particulier parce qu'il nécessite le traitement des images par un logiciel capable de générer, sans erreur, un profil 3D à partir de plusieurs prises de vue.

Avec la stéréo photométrie, le processus est simplifié. ll ne nécessite l'utilisation que d'un seul appareil photo. L'appareil est connecté à plusieurs flashs, entre trois et six, qui se déclenchent tour à tour, à intervalle extrêmement réduit. Si réduit que la personne photographiée n'a l'impression d'être éclairée qu'une seule fois.

Un travail sur douze niveaux de gris

C'est la disposition des sources de lumière et leurs effets d'ombre sur un visage qui confèrent au système toute son efficacité. « L'origine de la lumière détermine la position de l'ombre, et plus vous avez de flashs, plus vous avez d'images », explique Maria Petrou, responsable du projet. Et plus le résultat sera précis !

C'est l'analyse de la même prise de vue, éclairée sous différents angles, avec ses effets d'ombre et de lumière, qui permet alors de générer par ordinateur un visage en trois dimensions. Le résultat offre un grand niveau de détail. La photo stéréométrie permet en particulier de travailler sur douze niveaux de gris.

D'ailleurs, le système ne permet pas seulement de reconstituer un faciès, il permet aussi d'analyser le teint et la couleur de la peau. Il mesure pour cela le degré de réflexion de la lumière par le visage, ce que les scientifiques appellent l'albedo. « Nous obtenons la couleur exacte », affirme Maria Petrou. « Vous pouvez voir le grain, les pores de la peau. C'est beaucoup plus performant qu'une photographie traditionnelle. »

Et apparemment les applications pour la sécurité sont toutes trouvées. Le dispositif développé par Maria Petrou et son équipe permet notamment d'examiner le visage d'une personne vue sous différents angles, et dans différentes configurations. La vue 3D peut être comparée à des photos de suspects ou de personnes recherchées. Elle permet aussi d'anticiper et de se faire une idée de l'apparence d'un individu qui utiliserait lunettes, barbes et autres stratagèmes pour changer d'apparence. Un première version du dispositif devrait être commercialisé en 2010, deux ans à peine avant l'organisation des Jeux olympiques à Londres.




Par Stéphan Julienne
News.fr.

http://www.news.fr/actualite/societe/0,3800002050,39367528,00.htm

Publié le: 2 mars 2007

Publié dans articles

Commenter cet article