CANULAR BIOMETRIE

Publié le par GOGO

Scolaris/Sécuritech, le canular contre la biométrie
écrit le 25/03/07 à 17:50:48 par Iris

Cet article a été accepté par 2 modérateureuses.


Un faux prospectus intitulé « Ton lycée bouge… tu suis ? » a été distribué dans divers lycées de France la semaine dernière.

Il présente le projet « Sécuritech », qui serait lancé par la Région, les Ministères de l’Intérieur et de l’Education Nationale, et viserait à renforcer la sécurité et le contrôle dans les lycées. On peut lire le programme, au verso :

- renforcement de la vidéosurveillance.
- logiciel de gestion de vie scolaire, consultable en temps réel sur Internet (gestion des absences, retards, notes…).
- reconnaissance biométrique (notamment faciale) pour faciliter l’accès au lycée, à la cantine, aux différents équipements.
- instauration de la carte « Scolaris », dotée d’une puce dans laquelle sont stockées des informations comme l’empreinte de la main et la photo d’identité numérisée. Cette carte, multifonctionnelle permettrait l’accès à différents équipements du lycée, l’activation des ordinateurs et casiers personnels, l’enregistrement à l’infirmerie, (avec le dossier médical lycéen) mais permet également l’abonnement aux transports en communs de la Ville etc.
Elle est gratuite, et obligatoire dès la rentrée 2007.
- les points « S’cool », enregistrés sur la puce, attribués par les enseignants et l’administration sont calculés selon les retards, les absences et l’implication de l’élève. Il est possible de gagner des points en devenant médiateur-relai et signalant tout comportement déviant à l’administration, pour une meilleure « neutralisation anticipée ».

Au verso, on trouve les « Conseils de sérénité », réunissant mensuellement proviseur, CPE, enseignants, parents et lycéens volontaires. Ils « évaluent les résultats de l’établissement en matière de lutte contre l’absentéisme, les incivilités, et le vol ».
Les « policiers-référents » aident ce conseil à trouver des solutions efficaces et aident à chiffrer les résultats de cette politique disciplinaire.
Les Conseils de sérénité doivent encourager les initiatives portant sur la prévention de la délinquance en milieu scolaire et les partenariats ou jumelages avec des Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs (EPM) et des Centres d’Education Fermés (CEF).
Enfin, l’éducation à la « citoyenneté électronique » et l’acceptation des nouvelles technologies se fera entre-autres grâce à des intervenants extérieurs (comme la CNIL).

Il est précisé que « la mise en place des bornes biométriques et des procédures d’enrôlement commencera dès avril 2007. Suit le numéro de la déléguée du Ministère de l’Education.
Des logos figurent sur le document : ceux des entreprises SPIE, Orange, Cofinoga, SNCF, SAGEM Morpho (groupe SAFRAN, multinationale de la biométrie) mais aussi du ministère de l’Education nationale, de l’Intérieur…

----------------------------------------------------------

Sur quelques sites tels Vousnousils.fr, 20minutes.fr, on peut lire une dépêche (le seul article de presse en ligne disponible à cette heure) dont voici un extrait :

Un faux prospectus portant le logo du ministère de l'Education et annonçant la mise en place d'un système de gestion informatisée et biométrique des élèves a été distribué dans des établissements, a annoncé mardi le ministère de l'Education.
"Un document annonçant la mise en place imminente d'un système de gestion informatisée des élèves, appelé « Scolaris », a été distribué dans certaines salles des professeurs. Parfois même, il a été conseillé aux enseignants de distribuer ce prospectus à leurs élèves : avec bon sens, ils s'en sont bien sûr abstenus", a signalé la ministère de l'Education dans un communiqué.
"Il s'agit là d'un montage, qui anticipe quelque peu sur les traditionnelles farces du 1er avril", estime le ministère, qui ne sait pas combien de prospectus ont été envoyés mais a déjà eu des signalements venant des académies de Marseille, Angers [ainsi que Paris et Nîmes, NDLR].
Le ministère de l'Education nationale "rappelle que jamais aucune consigne n'a été passée aux établissements pour qu'ils mettent en place une gestion informatisée basée sur des cartes magnétiques ou sur tout autre système".

------------------------------------------------------------

Ce projet Sécuritech n’a rien de loufoque, ni d'irréalisable. Tous les éléments sont techniquement possibles et parfois, on l’ignore trop, déjà mis en oeuvre.

En effet, l’installation de systèmes biométriques progresse dans les établissements scolaires.
On peut lire dans Politis n°880 : « Nous avons, depuis 2002, équipé une trentaine de collèges et lycées dans le sud de la France [...], explique Yves Castel, PDG d’Int-system. Les établissements [...] se situent dans les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes. » La société Zalix estime, elle, avoir équipé une quinzaine d’établissements scolaires, principalement en Île-de-France. DMI systèmes, deux. « C’est un nouveau marché, analyse M. Ballinger, commercial dans cette entreprise qui s’occupe de 600 cantines. Mais il y a un effet boule de neige très rapide. À la rentrée 2006, une dizaine d’établissements scolaires en Île-de-France ont prévu d’en installer. » Par dizaines donc, des cantines biométriques s’implanteraient en toute illégalité et en toute opacité sur le territoire, bien souvent financées par les départements et les régions, notamment à Marseille, à Cannes, à Nice et à Sainte-Maxime, pour un coût allant de 4 000 à 20 000 euros. » (http://www.politis.fr/article1543.html)
En janvier 2006, trois personnes sont passées en procès pour avoir détruit une borne biométrique au lycée de Gif-sur-Yvette (91). Au lycée Ravel, à Paris, la détermination des lycéens et parents a permis d’empêcher la mise en place d’une borne contrôlant l’accès à la cantine.

Espérons que ce canular « Scolaris » sera déclencheur d’autres luttes et refus.


TRouvé sur : http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&filtre=0&filtreC=1&id=4804&numpageC=1&idC=5531#commentaire

Commenter cet article