Irak : laboratoie biométrique

Publié le par Gaspard

IRAK •  Les Américains bâtissent des murs pour sécuriser Bagdad
Dernière stratégie américaine en date pour pacifier la capitale irakienne : construire des murs d'enceinte autour des quartiers les plus violents et surveiller leurs habitants grâce aux technologies biométriques, révèle The Washington Post.
Quartier de Karrada, Bagdad
AFP
L'armée américaine a décidé de ceinturer de murs au moins dix des quartiers les plus violents de la capitale irakienne, et d'avoir recours aux technologies biométriques pour en surveiller les habitants. Les militaires américains parlent à ce propos de "zones résidentielles clôturées" ["gated communities"], dernier effort de Washington pour tenter de créer des oasis de sécurité dans cette ville ravagée par la guerre.

Tout au long de la semaine dernière, le projet s'est attiré les foudres des Irakiens. Dimanche soir, le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki en personne a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il ferait son possible pour interrompre la construction d'un mur autour du quartier sunnite d'Adhamiyah. Selon les habitants de ce quartier, en effet, la construction d'un tel mur ne fera qu'aggraver les tensions intercommunautaires en les coupant de leurs voisins chiites. L'armée américaine, quant à elle, affirme que ces murs sont là pour protéger les habitants, non pour creuser davantage le fossé entre les communautés dans une ville où se multiplient les enclaves sectaires.

Aux yeux des militaires américains, les murs en question sont la solution idéale. "Si l'on empêche les méchants d'entrer dans ces quartiers, alors, on aura gagné", commente le lieutenant Sean Henley, 24 ans, qui occupe un avant-poste dans le quartier de Ghazaliyah, fief des insurgés sunnites à la lisière ouest de Bagdad, l'un des tout premiers endroits à avoir été entouré d'une enceinte. Ce quartier, d'une superficie d'environ 2,5 kilomètres carrés, abrite quelque 15 000 habitants. Les véhicules civils n'y disposent plus que d'un seul accès, auquel s'ajoutent trois postes de contrôle militaires interdits au public.

Dans certaines zones murées, des soldats américains équipés de systèmes de surveillance biométrique vont procéder à un véritable recensement de la population en enregistrant les empreintes digitales et rétiniennes des habitants. Ils leur fourniront ensuite des badges spéciaux, affirme-t-on de source militaire. Au moins dix quartiers de la capitale devraient être ainsi transformés en zones protégées, ou le sont déjà, assure le général John F. Campbell, adjoint au commandant en chef des forces américaines à Bagdad.

Cette nouvelle tactique s'inscrit dans le vaste plan de lutte anti-insurrectionnelle mis en place par les autorités américaines et irakiennes depuis deux mois pour apaiser les conflits intercommunautaires. Elle s'inspire de projets comparables mis en place dans les villes de Tall Afar et de Falloujah où, d'après l'armée, ils auraient permis de limiter les violences en permettant aux militaires de contrôler strictement les entrées.

Lors de guerres précédentes, cependant, le principe des "quartiers clôturés" a abouti à des résultats mitigés, notamment au Vietnam. A l'époque, les Américains avaient déplacé de force des paysans vietnamiens dans des hameaux fortifiés, ce qui les avait poussés dans les bras du Vietcong.

Soldats et officiers américains considèrent qu'il est trop tôt pour évaluer le succès de la version bagdadienne et qu'il faudra sans doute prévoir des ajustements en fonction des résultats et des réactions des habitants, jusqu'ici plutôt négatives. Mais ils maintiennent que ces mesures valent qu'on les mette au banc d'essai dans les quartiers les plus sanglants de la capitale.
"Nous avons vraiment pris du recul, et nous nous sommes dits : ‘Voici les zones où nous devons à tout prix surveiller les entrées et les sorties… et c'est la seule façon d'y parvenir'", conclut le général Campbell.
Karin Bruilliard
The Washington Post
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=73069

Publié dans articles

Commenter cet article