Hortefeux biométrique

Publié le par jeannot

La lettre de mission à Brice Hortefeux fixe pour objectif une immigration à 50 % économique
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 09.07.07 | 20h54  •  Mis à jour le 09.07.07 | 21h10

ous fixerez chaque année des plafonds d'immigration selon les différents motifs d'installation en France et vous viserez l'objectif que l'immigration économique représente 50 % du flux total des entrées à fin d'installation durable", contre 7 % actuellement, demande Nicolas Sarkozy dans une lettre de mission à Brice Hortefeux, ministre de l'immigration, rendue publique, lundi 9 juillet, par l'Elysée. Il ne fixe toutefois aucune échéance.Dans cette lettre co-signée avec son premier ministre François Fillon, le président déclare que la France doit "rester un pays ouvert à l'immigration", mais veut voir réaffirmer son "droit légitime (...) de déterminer elle-même qui a le droit de s'installer ou non sur son territoire". La France "doit accueillir des étrangers auxquels [elle] peut donner un travail, qui ont besoin de se former en France ou qui répondent à ses besoins économiques", estime le président, qui, en campagne, prônait la politique d'"immigration choisie"."Vous vous inspirerez de la politique entreprise par certains de nos partenaires, par exemple le Canada ou la Grande-Bretagne, qui examinent les candidatures à l'immigration au regard d'un certain nombre de critères, y compris d'origine géographique, et déterminent en conséquence des priorités", ajoute le chef de l'Etat.

SOS racisme a immédiatement réagi, exprimant sa "plus vive inquiétude". Pour l'association, cet objectif de 50 % d'immigration économique remet "très gravement en cause le regroupement familial (...). Nous rappelons que la France, par son droit et à travers les conventions internationales qui la lient, reconnaît le droit de chacun à vivre en famille". La Cimade et le Gisti ont également dénoncé une "atteinte au droit à vivre en famille".

UNE CARTE PERMANENTE DE SÉJOUR

Selon un rapport, en janvier dernier, de la Direction de la population et des migrations, institut qui dépendait alors du ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement, 135 900 étrangers, non compris les demandeurs d'asile, ont été admis au titre du séjour permanent en 2005 (- 3,8 %), dont 95 400, soit environ 70 %, au titre du regroupement familial (- 7 %). Le projet de loi relatif à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile, présenté la semaine dernière en conseil des ministres par M. Hortefeux, durcit notamment les conditions du regroupement familial.

M. Sarkozy demande par ailleurs que "change profondément la politique d'accueil des étudiants étrangers en France", souhaitant notamment "diversifier leur origine et recruter davantage d'étudiants dans les disciplines scientifiques". Il souhaite encore faire "du contrat d'accueil et d'intégration un instrument plus contraignant et dont le contenu sera plus dense". Enfin, il suggère la création d'une "carte permanente de séjour"  pour "les étrangers qui séjournent depuis très longtemps chez nous et qui respectent nos valeurs", ainsi que des visas permanents pour certains anciens étudiants étrangers notamment.

Dans sa lettre de mission, Nicolas Sarkozy invite également Brice Hortefeux a avoir des "objectifs exigeants" en termes de reconduites à la frontière, en renforçant les moyens "pour lutter contre l'immigration clandestine, en particulier la biométrie". Le ministre avait indiqué le 1er juin qu'il entendait "éloigner"  25 000 clandestins en 2007, sans donner plus de précisions.

Publié dans articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article