Ah si seulement c'était FIABLE

Publié le par lorie

L'identification biométrique ne serait pas fiable

Caméras de vidéosurveillance

20 Minutes ¦ La Grande-Bretagne a annoncé, le 4 avril 2007, l'installation de caméras de vidéosurveillance parlantes.

 
La vidéosurveillance au placard? La question se pose outre-Rhin. La police allemande a enquêté sur l'identification biométrique et sa conclusion est simple: elle n'est pas fiable. Pas assez efficace en tous cas pour pouvoir, comme elle l'espérait, identifier automatiquement un suspect au milieu d'une foule grâce à des caméras de surveillance reliées à un ordinateur.

Efficacité trop moyenne

Pour arriver à cette conclusion, les autorités allemandes ont réalisé un test grandeur nature. Pendant quatre mois dans une gare de Mayence (Rhénanie-Palatinat) 200 volontaires, dont les données biométriques avaient été fichées au préalable, sont passés devant les objectifs des caméras.

En moyenne, les systèmes informatiques testés n'ont «reconnu» que dans 30% des cas les «cobayes» qui passaient dans le champ de vision des caméras. Pendant la journée, avec des conditions de luminosité satisfaisantes, ce taux tournait autour de 60%, mais le soir ou la nuit, dans l'obscurité, il ne dépassait pas 20%.

Or, pour que les forces de l'ordre recommandent aux autorités politiques l'adoption généralisée d'un tel système, il aurait fallu que le taux de réussite soit «proche de 100%», a expliqué le patron de la police allemande. La police allemande avait investi 210.000 euros dans ce test organisé d'octobre 2006 à janvier 2007, et qu'elle avait présenté comme une «première en Europe».


AFP


20Minutes.fr, éditions du 11/07/2007 - 18h20

dernière mise à jour : 11/07/2007 - 19h00


***********************

La police allemande ne croit pas en la biométrie


Pour identifier automatiquement un suspect au milieu d'une foule, l'ensemble caméra, ordinateur et logiciel de reconnaissance ne suffit pas encore. C'est ce qui ressort d'une expérience menée à Mayence.

Ainsi, entre les mois d'octobre 2006 et janvier 2007, un système informatique installé dans la gare devait "reconnaître" automatiquement, sur les images des caméras de vidéo-surveillance, les visages de criminels ou de personnes recherchées, en les comparant aux photos de suspects stockées dans un fichier.

Deux cents usagers quotidiens s'étaient portés volontaires pour le test, en fournissant certaines données biométriques enregistrées dans le système. En moyenne, ces "cobayes" n'ont été répérés qu'une fois sur trois, a précisé à l'AFP le président de la police allemande, Jörg Ziercke. Pendant la journée, avec des conditions de luminosité satisfaisantes, ce taux de reconnaissance avoisinnait 60%, mais le soir ou la nuit, dans l'obscurité, il ne dépassait pas 20%.  

Or, pour qu'un tel dispositif soit généralisé, il aurait fallu que le taux de réussite « soit proche de 100% », a fait valoir le patron de la police allemande.

Pour mesurer le degré de fiabilité du système, les volontaires portaient un petit émetteur électronique, qui signalait leur passage devant les caméras. Ce qui a permis de calculer le nombre de fois où les logiciels ne les avaient pas identifiés.


Par la rédaction
News.fr.

http://www.news.fr

Publié le: 12 juillet 2007

Publié dans articles

Commenter cet article

video surveillance 23/02/2009 18:08

pas du tout d'accord avec la police allemande sur ce sujetcordialement