Biométrie et maîtrise des flux

Publié le par Zorzal

Voici le résumé d'une étude faite sur la biométrie et ses liens avec notre imaginaire social et de nos formes de gouvernementalité actuelles, 

Biométrie et maîtrise des flux :
vers une « géo-technopolis du vivant-en-mobilité »?
Cultures & Conflits n°58 (2005) pp.131-154
par Philippe Bonditti

Consultable en entier sur :
http://www.conflits.org/document1825.html
Nous nous proposons ici d’explorer les imaginaires politiques à l’œuvre derrière le recours accru à l’identifiant biométrique et plus généralement aux nouvelles technologies. Ceci pour rappeler, d’abord, combien le recours à l’outil biométrique, informé par des imaginaires spatio-temporels non nécessairement compatibles, s’inscrit pourtant pleinement dans la prolongation des logiques historiques de contrôle et de surveillance des individus par l’Etat ; pour insister ensuite sur la convergence, de part et d’autre de l’Atlantique, des logiques à l’oeuvre dans la transformation des pratiques de contrôle et de surveillance des individus par l’Etat, convergence ici principalement relayée par l’imaginaire technicien et sa spatio-temporalité propre ; pour tenter de montrer enfin que ces développements renvoient en fait bien davantage à l’articulation problématique entre, d’une part, un souci de gestion/maîtrise du vivant-en-mobilité et, d’autre part, les cadres spatio-temporels de la souveraineté depuis lesquels sont développés ces mécanismes de gestion.

Publié dans articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article